Curahuasi : une mission pour la femme

Nous nous occupons des femmes venant de zones rurales, à deux étapes de leur vie : lorsqu'elles sont adolescentes et ensuite mères de famille.
Quand les jeunes filles sortent de l'école primaire elles veulent continuer leurs études dans le secondaire, mais dans les villages lointains il n'existe aucune possibilité. C'est pourquoi nous avons ouvert à Curahuasi un Foyer qui accueille les jeunes venant de ces régions.
Chaque année, depuis les zones les plus reculés, arrivent des mamans pour faire cette demande ou d'autres demandes semblables : « Prenez ma fille dans le Foyer, je veux qu'elle étudie pour qu'elle ne souffre pas comme moi qui suis toute la journée à travailler dans les champs, avec les animaux, avec les petits, ou à faire la cuisine... Et avec un époux qui boit, me frappe, me maltraite et crie sur moi toute la soirée. » Et une autre femme arrive : « J'ai amené Julita, je veux que tu la prennes dans le Foyer... l'année dernière je l'ai laissée ici dans le village pour qu'elle étudie au collège et j'ai loué une chambre... Je travaille dur pour pouvoir payer la chambre et les repas... et à la fin de l'année j'ai appris qu'elle avait séché les cours et qu'au lieu d'aller en classe elle allait avec les garçons, elle n'a rien étudié. .. ». De nouveau quelqu'un frappe à la porte : « Je t'en supplie petite sœur, trouve une place pour ma fille. Elle va commencer l'école secondaire et je ne veux pas qu'elle reste au village. J'ai une autre fille qui est restée pour étudier là-bas et elle s'est trouvée enceinte à 13 ans... Je ne veux pas qu'il arrive la même chose à cette enfant... ».

Nous pourrions continuer la liste avec d'autres cas semblables parce que les situations dangereuses sont nombreuses pour ces jeunes de 12 à 16 ans qui quittent leur maison avec le désir d'étudier et d’avoir une profession. Mais beaucoup échouent car elles ne sont pas accompagnées et n’ont aucun endroit sûr où demeurer. C'est pourquoi, voici 35 ans les FMM ont ouvert le « Foyer Marie Reine » dans la paroisse de Curahuasi, appuyées par l'évêque du diocèse. Depuis lors nous accueillons environ 30 adolescentes qui étudient dans l'école publique et vivent dans le centre.

Au Foyer nous leur enseignons l'hygiène, la propreté, la cuisine, la lessive et d'autres valeurs comme l'estime de soi et un langage correct (la langue maternelle est le quechua), etc. Nous les aidons dans leurs études car leur niveau est très bas. Nous leur donnons aussi une formation morale et religieuse afin qu'elles soient des jeunes filles conscientes de leur engagement chrétien. Quand elles quittent le Foyer après cinq ans, elles sont préparées pour affronter une autre situation. La majorité désire faire des études supérieures pour avoir une profession, et elles vont dans des écoles techniques ou dans d'autres villes pour travailler et étudier à l'université.

La formation de ces jeunes et le type de discipline du Foyer changent chaque année selon les évolutions de notre société. Dans le collège où elles étudient apparaissent de nouvelles exigences et nécessités.
C'est un défi permanent pour nous de répondre à ce qu'elles demandent. Le Seigneur nous aide à discerner, et malgré nos limites nous voulons continuer à rendre ce service aux adolescentes de la campagne qui sont vraiment heureuses dans ce Foyer qui les éduque et les aide à aller de l'avant dans la vie.
Un autre problème de ce village est le grand nombre de familles qui émigrent, venant de communautés plus isolées à 3.000 ou 4.000 mètres d'altitude, afin de vivre dans notre village espérant y trouver un meilleur niveau de vie, ce qui n'est pas facile.

Les mères de famille sans instruction et parlant le quechua, se sentent marginalisées. C'est pourquoi une sœur s'est engagée pour améliorer les conditions et la qualité de vie de ces femmes en leur permettant d'acquérir de nouvelles connaissances et de réaliser leurs projets. Elle leur enseigne le tissage à la main, ce qui leur permet de développer leurs talents et d'améliorer les ressources de la famille. Elles ont maintenant une petite coopérative où elles vendent leurs productions et acquièrent un capital qui leur appartient.
Notre charisme nous conduit à nous engager auprès de la femme, adolescente ou mère de famille, en continuant la mission tant aimée et chérie de Marie de la Passion en faveur de la promotion de la femme.

Communauté de Curahuasi, fmm

Back to top